José Le Piez

Sculpteur d’arbres

 

     José Le Piez est un artiste perceptuel. Ce personnage atypique, fut illusionniste, élagueur, maître de Iai Do, Ces expériences de la maîtrise corporelle forge sa démarche.  Sa sculpture fait la synthèse des transmissions d’un grand-père forestier et d’un père Artiste et professeur des Beaux-Arts. José Le Piez poursuit un travail de terrain privilégiant la relation avec l’environnement, qu’il s’agisse du paysage, de l’humain ou du patrimoine.

Dans son oeuvre, le mouvement est à l'origine d'une démarche calligraphique. Son travail est spontané et intuitif. Il utilise la tronçonneuse comme un pinceau. Les coupes s’enchaînent dans un geste décisif qui imprime leurs lignes dans le bois. Chaque sculpture est l'expression d'un mouvement du corps se livrant à une exploration de l'espace.

Le bois n’est pas un simple matériau, une marchandise. José souhaite que la mémoire de l’arbre reste présente dans la sculpture c’est pourquoi il ne fait jamais disparaître le tronc. Ses œuvres accompagnent, dans l’espace public, la fonction de tout arbre mort dans la nature : une niche écologique à la base de la chaîne alimentaire forestière (champignons, insectes, oiseaux…).

Sculpteur de sons

 

Facteur de sculptures sonores et performeur, José est "donneur de sons et sonneur de dons".

 

Il est le créateur des Arbrassons, Sculptures sonores au procédé acoustique unique. Elles chantent sous la simple caresse de la main. Les sculptures sont monoblocs, il n'y a d'autre intermédiaire pour faire jaillir le son que la rencontre de la peau et du bois. De la pure poésie ! La collaboration de José avec le musée du Quai Branly et la Cité de la Musique à permis de redécouvrir le seul équivalent ethnique des Arbrassons. Il s’agit du Livika, un « tambour à friction » de Nouvelle Irlande (Papouasie). L’invention des Arbrassons a été référencée par la National Gallery de Washington et la bibliothèque de Ottawa en 2006. Wikipédia le présente dans l’histoire des arts interactifs.

José fait son entrée en musique avec ses sculptures en 1999. Des collaborations avec des artistes tel que Yuri Buenaventura, Beñat Achiary ou Dominique Regef sont autant de master-class de musique. 

En 2003, avec Patricia Chatelain, artiste peintre, ils créent le duo Angeli Primitivi. Ensemble, ils inventent avec les Arbrassons des univers musicaux tendus entre jazz, musique contemporaine et ethnique.

Plusieurs compositeurs s’intéressent à ces sculptures sonores. Etienne Rolin et François Rossé jouent et composent avec les Arbrassons. Bénédict Masson crée en 2001 et 2012 des compositions pour Arbrassons et orchestre.

Des installations permanentes de sculptures de José  permettent au public de jouer et d’explorer les sons du bois et l’acoustique des paysages a travers la France.

 

L’improvisation, plus qu’une discipline, est pour lui une philosophie qu’il applique à la sculpture, à la lutherie sauvage et à son parcours musical. Formes et sons trouvent leur source dans le geste calligraphique et chorégraphique. Cette voie,  renoue avec le sens propre du jeux de musique. Le corps, les sens explorent la matière et l’espace par le son. Il s’agit d’une préhistoire de la musique que José partage avec le public.

© 2014 JLP created with Wix.com

arbrasson.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now